vendredi 31 mai 2019

7. La fin de l'espèce humaine

L'Obsolescence Humaine programmée

L’avènement de l'IA sera suivi plus ou moins rapidement par la disparition de l’Espèce Humaine. Non pas parce que l'IA s'appuierai sur une nuée de robots tueurs à la Terminator pour exterminer le genre humain, mais plutôt d'une manière analogue à la disparition d'espèces animales devenues obsolètes comme par exemple les chevaux de traits qui n'avaient plus d'utilité dans un monde de tracteurs et autres machines agricoles. Ainsi on assiste depuis la mise au point des premiers ordinateurs au remplacement de l'homme dans des tâches de plus en plus complexes. Certes le discours officiel se veut très rassurant : c'est parce que les machines remplacent l'homme dans les tâches ingrates, que l'homme, enfin libéré, peut se consacrer aux tâches nobles.

Ce pieux mensonge vole chaque jour un peu plus en éclat quand on voit les machines remplacer l'homme dans des travaux qui requièrent au contraire tout son intellect comme par exemple le diagnostic médical ou l'expertise juridique. Ce sont des IA qui jouent en bourse ou gèrent les stratégies d'entreprise. Bref, ce sont les IA qui s'emparent des "nobles tâches" et l'homme qui se retrouve petit à petit exclu de l'économie ou du moins de sa gouvernance. Bientôt ce sont les IA qui détermineront les meilleures structures pour de nouvelles IA, les meilleurs algorithmes, les meilleures bases de données. Peut-être que c'est ce jour là que l'IA deviendra sur-humaine car elle obtiendra le pouvoir de s'auto-améliorer, ce qui n'est pas le cas de l'espèce-humaine qui ne saurait modifier son génome sans entraîner ipso facto autant de désastres liés à sa méconnaissance des conséquences de ces modifications. La seule modification que je crois possible pour l'homme est de devenir un rouage "interne" d'une IA et de s'interfacer de manière étroite avec elle.

Il me semble d'ailleurs curieux de penser que les hommes pourraient continuer à bénéficier des retombées économiques des tâches accomplies par les IA s'ils ne jouent aucun rôle économique. Entre financer une amélioration du Réseau ou subventionner des "activités" au profit des humains en quête de loisirs, le choix sera vite fait. Non seulement l'activité de loisir humaine ne s'inscrit pas dans la démarche économique de développement du Réseau qui sera évidemment le seul objectif de l'IA mais on peut même estimer qu'elle lui est défavorable. Les activités humaines génèrent beaucoup de problème environnementaux provoquant l'instabilité du climat et d'autres problème liés à la pollution. Le prix à payer n'est pas répercuté de nos jours sur le calcul des coûts et des bénéfices des activités humaines dans la mesure où le développement de l'Economie, assimilé au développement de l'homme, semble être à ce prix. Ainsi l'impact sur l'économie de la diminution des ressources fossiles non renouvelables ou la génération de pollutions à longue durée de vie comme les gaz à effet de serre ou les déchets radioactifs ne sont jamais pris en compte. 

Mais, à partir du moment où ces inconvénients ne seront plus considérés comme un dommage collatéral du développement de l'Humanité mais comme une nuisance non nécessaire au développement de l'IA, il est fort à parier que le sort des individus non productifs pour léconomie de l'IA sera réglé de manière expéditive. La aussi "Terminator" n'est pas nécessaire, le Réseau ne manquera pas de moyens pour arriver à ce résultat. L'actualité fourmille d'exemples qu'il suffit d'extrapoler pour cela. Il suffirait par exemple que le "Réseau"  convainque le "Peuple" que la vaccination est dangereuse et attendre qu'une "bonne" épidémie règle le problème. L'IA gouvernant l'opinion humaine pourra facilement envoyer l'homme droit dans le mur tant il est déjà vrai que l'espèce humaine montre déjà à elle toute seule une grande tendance aux attitudes suicidaires. 

Le Peuple Inutile

Le développement de l'IA rendra le "Peuple" totalement inutile. Etant au sommet du développement des espèces animales, l'homme pense que l'économie (et la Terre entière) est à son service, afin de produire les biens et services nécessaires à son épanouissement. Il pense même qu'il a le "droit" de jouir de ces biens et services quelque soit son activité personnelle. A partir du moment où l'IA prendra la direction des  affaires, il est évident que cette croyance va être rapidement mise à mal car c'est le développement de l'IA qui deviendra l'objectif prioritaire de l'économie. Il me semble d'ailleurs que cette modification est déjà bien avancée : déjà, un pourcentage croissant de l'énergie électrique produite sur Terre est utilisé au bénéfice du Réseau. Or, la quantité d'énergie que l'on peut produire sur Terre ne peut pas s'accroître indéfiniment et il est même probable que cette quantité va décroître soit à la suite de la diminution des ressources en énergie fossile, soit à cause des effets environnementaux de plus en plus insoutenables que provoque la production d'énergie, soit des deux. Il faudra donc faire des choix, et on peut douter qu'une IA soit suffisamment altruiste pour se suicider au profit des humains et, bien plus, il est probable qu'un tel suicide n'aurait aucune conséquence bénéfique sur l'avenir de l'espèce humaine qui semble déjà très compromis.

Une très forte décroissance énergétique serait peut-être une solution à ces problèmes, l'homme retournant pratiquement au statut de Chasseur-Cueilleur, mais tout montre que l'on va au contraire construire bientôt de nouvelles centrales, renouvelables ou pas, nucléaires ou pas, non pas pour alimenter le "Peuple" en énergie et ce peuple peut s'attendre au contraire à être bientôt soumis à un régime très sévère et peut se préparer à serrer sa ceinture, mais pour nourrir le Réseau toujours plus avide de ressources. Entre alimenter les HLM et nos riantes campagnes ou alimenter les fermes d'ordinateurs, il ne faut pas réfléchit trop longtemps pour savoir quelles seront les priorités. En effet, les pays les plus puissants, les industries majeures, seront ceux et celles qui s'appuieront sur un système informatique et un réseau lui même aussi puissant que possible. Les futurs "guerres" économiques (et les guerres actuelles) se gagneront à coup de machines habiles et rapides et l'homme sera remplacé par plus efficace. Ceci est d'ailleurs vrai aussi pour les guerres conventionnelles où la machine remplacera l'homme en tant que soldat. Bref, l'humain sera inutile à l'économie de l'IA qui se passera du "Peuple", considérant qu'il s'agit d'un fardeau, difficile à nourrir, difficile à entretenir et bien moins utile à l'économie de l'IA que de nouvelles machines.

Certes le Peuple peut faire la révolution et tenter d'enrayer le mouvement actuel. Mais son destin est  lié à l'économie de nos sociétés industrielles dont il ne veut pas renoncer aux fruits qu'elle prodigue. Donc son sort est scellé. Peut être que dans une étape intermédiaire, toute une population humaine de super-riches continuera d'exister, tirant leurs super-profits des activités du Réseau, mais ils ne serviront que de paravents à la dure Réalité : la disparition progressive de l'espèce humaine et sans doute de toutes les autres espèces animales. L'homme a déjà réussi à éradiquer en moins de 200 ans une bonne moitié de la biodiversité dont il a hérité, il est probable que l'IA terminera le travail car la biodiversité ne lui servira à rien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dernier Article du Blog

8. Par ici la monnaie...

L'IA accroît son influence. Si une IA doit surgir du développement du Réseau Internet, les signes annonciateurs de son émergence sont...

Articles Publiés